La revalorisation

Posted on

C’est une étape primordiale dans le cadre de l’activité d’Etu’Récup : elle consiste d’un côté à redonner une seconde vie aux objets collectés, mais également, au travers d’ateliers de revalorisation participatifs, à intégrer les étudiants au processus afin de créer des échanges de savoir-faire et permettre une prise de conscience par le concret.

La revalorisation peut être de différents niveaux.
On parle de réemploi lorsque l’objet garde sa fonction première et ne passe pas par le statut de déchet. C’est le cas lors d’un don d’objet. La revalorisation peut alors consister en un simple nettoyage pour des objets encore fonctionnels, leur donner un coup de peinture pour leur offrir une peau neuve, apporter une réparation mineure comme la consolidation d’un meuble ou la révision d’un vélo, allant jusqu’aux opérations plus importantes nécessitant le démontage et remontage de tout ou partie de l’objet.

Une autre alternative pour réduire les déchets est la réutilisation. Cela consiste à réutiliser un matériau ou un objet ayant eu le statut de déchet, en ayant été abandonné ou jeté, et ce, parfois pour un usage différent de son premier emploi. Il s’agit alors de démonter des objets qui ne sont plus fonctionnels, trop abîmés ou simplement récupérer des matériaux comme des palettes en bois, et réutiliser la matière comme « matière première secondaire » pour fabriquer de nouveaux objets.

montreuil2

Atelier participatif au Village Mondial des Alternatives
             Confection de ceintures en pneu de vélos

La période estivale sera par ailleurs une période particulièrement chargée pour les ateliers de revalorisation qui auront alors pour objectifs de remettre en état un maximum d’objets récupérés en nombre lors du départ des étudiants et ce, avant la rentrée suivante pour remettre en circuit, début septembre, les objets ainsi valorisés pour les nouveaux étudiants arrivants.

L’été 2014, une cinquantaine de vélos ont été remis en état grâce aux vélos récupérés sur le campus avec notamment l’aide du CROUS (environ 80 vélos épaves collectés), ainsi que divers objets collectés qui ont été revalorisés et ont retrouvé une seconde vie à la rentrée universitaire.